Logo Université Laval Logo Université Laval

Gala Reconnaissance & Distinction: plus de 600 000$ en bourses pour les étudiants en droit et 2 diplômés de renom honorés

30 Novembre 2016

La Faculté de droit a reconnu l’excellence et la réussite de ses étudiants lors du Gala Reconnaissance & Distinction, qui s’est tenu le 28 novembre au Grand Salon du pavillon Maurice-Pollack. Pas moins de 84 étudiants ont obtenu une bourse ou un prix, totalisant une valeur de 609 530$. Au cours de cette cérémonie, la doyenne de la Faculté, Eugénie Brouillet, a remis un Prix Justitia à Me Jules Brière et à Me René Dussault, diplômés de la licence en droit en 1962. Cette récompense vise à honorer certains diplômés qui, en plus de se démarquer par leur carrière exceptionnelle, leur engagement social ou universitaire, contribuent au rayonnement de l’Université. Plusieurs personnalités étaient présentes au Gala, dont l’honorable J. Michel Doyon, lieutenant-gouverneur du Québec, Me Johanne McNeil, bâtonnière du Barreau de Québec et Bernard Garnier, vice-recteur aux études et aux activités internationales.

Prix Justitia

Le comité de sélection de cette édition était composé d’anciens lauréats, le juge Louis LeBel et le professeur émérite Ivan Bernier, et de la doyenne de la Faculté, Eugénie Brouillet. Les candidatures reçues étaient toutes de très haut niveau. Après analyse et discussion, le choix du comité s’est arrêté sur 2 lauréats, diplômés de la licence en droit en 1962: Me Jules Brière et Me René Dussault. Voici un résumé de leurs parcours extraordinaires et inspirants:

 

Me Jules Brière

Me Brière devient membre du Barreau du Québec en 1963. En 1965, il obtient un Diplômé d’études supérieures en droit public de l’Université de Paris, et devient professeur de carrière à la Faculté de droit de l'Université Laval, où il enseigne notamment le droit constitutionnel, le droit administratif (aménagement et urbanisme), la rédaction et l’interprétation des lois.

Il a travaillé comme adjoint au greffier en loi de la législature et a été sous-ministre au ministère des Affaires intergouvernementales (1970-1976). Il a, à maintes reprises, conseillé les gouvernements de même que divers ministères et organismes publics et parapublics sur des questions de droit constitutionnel et sur les aspects juridiques de la gestion et de l'exploitation des ressources du domaine de l'État, sur le régime juridique de la protection du territoire et des activités agricoles, sur le régime juridique d’accès à l’information et la protection des renseignements personnels ainsi que sur les relations juridiques entre l'État et les nations autochtones. Il a aussi conseillé et représenté des sociétés d’État et des entreprises privées et participé comme conseiller juridique à la mise en œuvre de grands projets.

Me Brière a participé, comme légiste, à la conception, à la rédaction et à l'examen en commission parlementaire d’un très grand nombre de projets de loi gouvernementaux présentés à l'Assemblée nationale du Québec. Il est aussi l'auteur de diverses publications traitant de droit administratif et de droit constitutionnel.

Depuis 1976, Jules Brière exerce en pratique privée à Québec et a acquis une excellente renommée dans les domaines du droit constitutionnel, du droit administratif, du droit de la santé et du droit domanial (production, transport et distribution de l'hydro-électricité, régime forestier, régime des terres). Le Barreau a d’ailleurs souligné cette année ses cinquante années d’exercice de la pratique du droit.

Soulignons que pendant près de 10 ans, soit de 2006 à 2015, Me Brière a été titulaire de la Chaire de rédaction juridique Louis-Philippe-Pigeon de la Faculté de droit de l'Université Laval. Il est également socialement engagé depuis de nombreuses années notamment au sein du Conseil d’administration Centre CASA, un organisme communautaire voué au traitement des dépendances.

En 2009, le Barreau du Québec lui a décerné le titre d’avocat émérite pour souligner l'excellence de sa carrière professionnelle, sa remarquable contribution à la profession et son rayonnement dans son milieu.

Toujours très actif dans l’exercice de sa pratique, Me Brière apparaît d’ailleurs dans l’édition 2016 du répertoire de The Best Lawyers in Canada comme l’un des meilleurs avocats dans le domaine du droit de la santé.

 

Me René Dussault

Me Dussault obtient sa licence en droit de la Faculté de droit de l'Université Laval en 1962 et devient membre du Barreau du Québec en 1963. En 1965, il obtient un Ph.D. en droit de la London School of Economics and Political Science. Conseiller juridique à la Commission d'enquête sur la santé et le bien-être social de 1966 à 1970, il assume parallèlement des tâches d'enseignement et la direction des Études supérieures de la Faculté de droit de l'Université Laval. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages juridiques, entre autres le Contrôle judiciaire de l'administration au Québec, et le célèbre Traité de droit administratif, ouvrage pour lequel il remporte en 1988 le prix Walter Owen de la Fondation pour la recherche juridique de l’Association du Barreau canadien et le prix du Concours juridique de la Fondation du Barreau du Québec. Me Dussault est l’un des pionniers du droit administratif au Québec.

Au cours des années 1970, il occupe de multiples fonctions importantes au sein de l’Administration publique québécoise: il est conseiller auprès du ministre des Affaires sociales du Québec (1970 1973), président fondateur de l’Office des professions du Québec (1973-1977) et sous-ministre de la Justice du Québec (1977 1980). Il occupe ensuite en 1983-84 la chaire de droit public Bora Laskin à l’Osgoode Hall Law School de Toronto.

Il est nommé juge à la Cour d’appel du Québec en 1989 et y siège jusqu’en 2008. Au cours de cette période, il copréside l’importante Commission royale sur les peuples autochtones (1991-1996). À la suite de sa retraite comme juge, il devint avocat-conseil chez Heenan Blaikie (2008-2014).

Au cours de sa carrière, Me Dussault a été reconnu, tant au Québec que dans l’ensemble du Canada, pour ses réalisations dans le domaine de l’administration publique et pour ses remarquables contributions à l’avancement du droit, à la profession juridique et à la promotion de l’égalité. Entre autres, il a reçu la médaille du Barreau du Québec (1987), la médaille Vanier de l’Institut d’administration publique du Canada (1998), la médaille Gloire de l’Escolle décernée par l’Association des diplômés de l’Université Laval (2009), la médaille de la Justice de l’Institut canadien d’administration de la justice (2011), la distinction Avocat émérite, Ad.E. (2010), et le Prix de la Justice du Québec (2012). Il a été élu membre de la Société royale du Canada (1987) et s’est vu décerner un doctorat en droit honoris causa par les Universités York (1992), Dalhousie (1997) et McGill (2015). Il a été nommé Officier de l’Ordre national du Québec et Officier de l’Ordre du Canada (2010) et a reçu la distinction d’officier de l’Ordre de la Pléiade.

En 2007, René Dussault publie un article percutant intitulé «Le don d'organes au Canada: l'urgence d'agir» et voue ses énergies à cette cause humanitaire. Depuis 2010, il est président du conseil d'administration de Transplant Québec, l'organisme mandaté par le gouvernement pour coordonner le don d'organes au Québec.